20/12/2003

2 - Les auteurs

Yann Lepennetier, dit Yann, est né à Marseille en 1954.  Alors étudiant en troisième année d’architecture Yann propose au journal de Spirou une Carte Blanche* de deux pages réalisées dans un style inspiré par Franquin, dont le héros est l'élève Balac. Peu après, l’un de ses frères lui signale la parution de la carte blanche (en 1973) d’un jeune Marseillais de 14 ans, Didier Conrad, né en 1959, et le pousse à entrer en contact avec lui.  Anecdote amusante, c’est la mère de Yann qui téléphonera à la mère de Conrad pour organiser la rencontre. Les futurs compères semblent alors ne pas avoir de goûts en commun, cependant ils continuent de se fréquenter pour échapper à leur isolement et finissent ainsi par devenir amis. C’est donc ainsi que se forma l’une des associations d’auteurs les plus marquantes de la bande dessinée européenne.

 

Ils dessinent ensemble une nouvelle carte blanche pour Spirou en 1975. Suit une période opaque pour laquelle on ne dispose pas d’éléments.

 

En 1978 nous retrouvons Conrad aux crayons de la série Jason sur un scénario de Mythic (alias Jean Smit le Bénédicte). L'esprit des Innommables n'est pas loin.  La première collaboration d’envergure signée Yann & Conrad suivra de près : il s’agit du récit complet "Sawfee, la saga du pendu", qui se veut une parodie de western-spaghetti à la Clint Eastwood.
 

Pour faciliter le contact avec la rédaction, le duo marseillais monte à Bruxelles, rue de Livourne*, au siège du journal de Spirou Ils logent dans la « maison des auteurs », une structure d’accueil créée par José Dutilleux, figure historique du dessin animé belge qui officiait chez Dupuis, en tant que "directeur du concept" (!). Ils publient alors de nouveaux travaux, où germe peu à peu l'« esprit Yann & Conrad », un esprit bien antérieur aux Hauts de Pages ( « Spirou le journal qui fait pipi partout »).

 

rue de Livourne* = Jusqu'à la première vente des éditions Dupuis fin des années 1980, par les héritiers Dupuis, les bureaux du beau journal de Spirou se trouvaient rue de Livourne, à Bruxelles.  Lors des revente(s ?) et réorganisations ultérieures du groupe, les bureaux ont été transférés avenue des Arts, toujours à Bruxelles pour finalement atterrir à Charleroi, plus près de l'imprimerie historique, berceau des éditions Dupuis.

 

Le jeune duo marseillais lance en 1980 une série à suivre : "Les Innommables", dont la première histoire, "Matricule 000" commence à paraître au numéro 2182. En 1981, le deuxième épisode des Innommables, "Shukumeï", accompagne les débuts des Hauts de Pages façon Yann & Conrad.

 

Lorsque l’animation des Hauts de Pages prend fin en 1981, Cloaques est annoncé mais reporté.

 

1982 marque le retour de Yann & Conrad, par le biais de nombreuses petites histoires et d'un nouvel épisode des Innommables : "Aventure en Jaune".  L'esprit frondeur de cet épisode est tel qu'ils seront définitivement virés.  On y découvre un Tony en proie à des angoisses insupportables tandis qu'il découvre son homosexualité refoulée, se baladant sans slip sur le ponton d'un bateau, le service trois pièces exposé aux vents et marées.  Tout cela dans le journal qui publie les belles aventures du gentil Scrameustache

 

A peine jetés de chez Dupuis, Glénat  met le grappin sur le sulfureux duo.  Cela donne "Bob Marone" dans le mensuel Circus, qui développe une parodie hilarante amorcée dans les Hauts de Pages de Spirou.  Dans Spirou, la parodie faisait référence aux romans, illustrés çà et là d'un hors-texte noir et blanc, tandis que dans Circus "Bob Marone" est une bande dessinée en couleurs.


18:40 Écrit par Un vieux lecteur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.