21/12/2003

4 - Le contexte de l'époque

Nous connaissons tous le journal de Spirou mais quel était-il à l’aube de l’apparition des Hauts de Pages ?

 

Le journal de Spirou est à la fin des années 1970 une institution vieillissante qui se repose sur ses acquis et dont le lectorat s’effrite irrémédiablement. Créé en 1938 par Jean Dupuis* (…baratin Larousse BD).

 

Le ton du journal trahissait alors une certaine indolence, voire même une sorte de sclérose. La formule qui avait fait le succès du journal dans les années 50-60 tournait à vide. De grands auteurs comme Tillieux, Hubinon, Jijé sont morts. Morris a quitté la maison en 1968 pour Dargaud et Peyo* pour sa part est en procès avec Dupuis. Quant à Franquin*, le pilier de la vénérable institution, lui ne produit presque plus. Enfin les bandes de Roba, Macherot* ou Jidéhem* n’ont plus la fraîcheur d’antan. Restent quelques noms d’importance comme Will*, Deliège* ou Degotte* mais le journal est en partie dominé par les productions assez moyennes du prolifique Raoul Cauvin*, devenu scénariste par promotion interne. Thierry Martens* en est rédacteur en chef depuis 1968.

 

Mis à  part les « Cartes Blanches à » qui débutent en 1974 et révèlent quelques jeunes talents (retrouver Spirou Nostalgia C’était une rubrique de Delporte et Martens qui passait dans Spirou dans les numéros précédant le 3000, ils ont réédité pas mal de vieux matériel, notamment des cartes blanches), il n'y a pas grand chose d'excitant à se mettre sous la dent chez Spirou, ces années-là.

 

En 1977, une initiative géniale de Delporte et Franquin, le Trombone illustré*, supplément gratuit au journal Spirou, ne manque pas de susciter l'intérêt des lecteurs en quête de renouveau mais l'expérience ne dure que 30 numéros.   Un article du Trombone par trop anti-militariste n'avait pas plu au plus gros annonceur publicitaire du journal… l'armée belge !

1979 voit la nomination d’un nouveau rédacteur en chef, Alain De Kuyssche*. Il recrute des jeunes en masse, notamment ceux révélés par les "Cartes Blanches" : (trouver les dates d’apparition de ces fameux jeunes auteurs) Bercovici, JR + PH (les futurs Tome & Janry), Bernard Hislaire, André Geerts, Frank Pé, Philippe Berthet, Antonio Cossu et bien sûr Yann & Conrad. Ce rédacteur en chef a des idées. Il imagine le concept d’animation : une intervention en marge du journal par des jeunes auteurs afin de redonner vie à l’hebdomadaire. Les rôles sont distribués : Hislaire pour les bas de pages, Tome et Janry pour la rubrique jeux, Frank créé les premiers strips de l’Elan. La seule place encore disponible qu’Alain De Kuyssche peut "proposer" au duo marseillais, c’est le haut des pages du journal. C’est le début d’une grande aventure…



04:34 Écrit par Un vieux lecteur | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.